29 mars 2013

Le Ciel est Partout - par Jandy Nelson - Critique et Avis

Titre: Le Ciel est Partout
Titre VO: The Sky is Everywhere
Auteur: Jandy Nelson
Genre: Romance / Realistic Fiction / Mort
Date de parution VF: 17 Mai 2010
Lu en: Français
Édition: Gallimard Jeunesse / Scripto
Note: 3,75/5
Description: Un amour brûlant, une perte dévastatrice, Lennie lutte pour trouver sa propre mélodie. Alors que Bailey, sa soeur, sa meilleure amie, vient de mourir, comment continuer ? A-t-elle le droit de plaire, elle aussi ? De désirer Toby? D'être heureuse sans Bailey ? Et comment ose-t-elle rire encore ? Parfois, il faut tout perdre pour se trouver...


J'ai choisi ce livre parce qu'il avait de bonnes critiques sur Goodreads, par à peu près tout le monde. Au début, j'ai pas du tout compris pourquoi. Si je notais la première partie et la seconde partie du livre, je leur mettrais respectivement 1/5 et 4,5/5. Je m'explique:

Lennie vient de perdre sa soeur Bailey, n'a jamais eu de nouvelle de sa mère, se retrouve proche de Toby, le chéri de sa soeur, en deuil, et rencontre Joe, le nouveau garçon fraîchement débarqué de France, musicien comme elle, pour qui elle a un coup de foudre. Évidemment, le roman n'échappe pas à la bitch de service, qui couve le nouveau comme une poule. Lennie a une expérience quasi-nulle en relation amoureuse, a toujours vécu dans l'ombre de sa soeur, qu'elle chérissait plus que tout.

Je n'ai pas su me sentir proche de l'héroïne. Je ne l'ai pas compris. Pour deux raison: d'abord, c'est probablement parce que je n'ai pas vécu la même expérience qu'elle. Mais je pense que cette proximité avec l'héroïne dépend de chacun, de nos expériences, de nos vécus. Mais c'est aussi par rapport au fait qu'elle est très portée sur le sexe au début du roman, et parce que je n'ai pas compris certaines de ses décisions. Pour ceux qui l'ont lu, la raison pour laquelle elle décide de ne pas être première clarinette m'a paru débile. Je peux comprendre qu'elle se sente Poney Nain, mais de là à influencer sa compétition pour ne pas être première clarinette, S'IL VOUS PLAIT? QUEL EST LE FEUQUE?
Mais, ce n'est pas mon avis qui doit vous empêcher de vous lancer. Mon 1/5 est totalement subjectif.

Dans son ensemble, ce roman est philosophique concernant le deuil, et surtout comment avancer après la mort d'un proche. Lennie se retrouve dans un triangle amoureux: Toby, le copain de Bailey, complètement paumé sans l'amour de sa vie et leurs projets, et Joe, le nouveau.

Toby est en quelque sorte un confort pour Lennie, par son lien avec Bailey, et leur chagrin commun. Et Joe est un nouveau départ, une bouffée d'air frais. Mais malgré leur amour profond pour Bailey, l'inévitable se produit entre Toby et Lennie, malgré l'énorme culpabilité qui pèse. Par dépit, ils trahissent la personne qu'ils pleurent. Je pense que c'est quelque chose qui arrive fréquemment, mais qui est, évidemment, très tabou.
Joe, en revanche, peut aider Lennie à avancer, mais celle-ci se sent coupable de continuer à vivre, et surtout de tomber amoureuse en l'absence de Bailey. Elle se sent coupable d'avancer, et de trahir. J'ai compris sa culpabilité.

Quand j'étais petite, j'ai eu un chat que j'aimais beaucoup, qui ne m'aimait pas. Quand il est mort, je me suis dit que je ne pourrais plus jamais rire, ni sourire, ni penser à autre chose qu'à ce chat. Et quand ça s'est produit, quand j'ai ri, je m'en suis voulu.

Lennie se rend aussi compte que Bailey lui cachait pas mal de choses, des choses importantes. Et que Bailey n'est pas la seule à avoir ses secrets. Je pense que l'auteur tente de montrer que tu ne connais pas forcément les personnes qui sont les plus proches de toi. Qu'il ne faut pas croire que ce qu'on pense savoir est acquis. *Super philosophique*

La mort est un sujet omniprésent dans ce roman, très pesant. C'est un des côtés que je n'ai pas aimé. Je sais que c'est un sujet important, vital, mais non, je n'apprécie pas quand ce sujet devient trop lourd dans un livre, quand ça devient limite déprimant. Ça la rend un peu psychopathe sur les bord, aussi.

L'absence de la mère de Lennie est aussi un sujet très très fréquent, sans forcément qu'il y ait une morale à en tirer. Enfin, je crois. Mais si vous avez trouvé la morale, n'hésitez pas à m'en faire part.

L'écriture de l'auteur est fluide dans l'ensemble. J'ai parfois eu du mal à avancer dans des paragraphes longs de 3 pages, mais une fois passés, la voie est libre! Il y a pas mal de jolies métaphores. J'ai adoré! ♡ L'auteur a un vocabulaire très riche, beaucoup d'humour et énormément de références culturelles. La morale de l'histoire pousse à réfléchir. Et tous ces éléments m'ont fait penser à Qui es-tu, Alaska? de John Green, roman que j'avais beaucoup aimé.

Extraits:


“Il était une fois une fille morte trop tôt,
En regardant par-dessus le muret du paradis,
elle vit que, sur Terre,
sa soeur souffrait trop de son absence,
et qu'elle était trop triste,
si bien qu'elle fit se croiser des chemins
qui n'auraient jamais dû se croiser,
pris des moments dans sa main,
pour les secouer
et les jeter comme des dés
sur le monde des Vivants.
La magie opéra.
Le garçon à la guitare
percuta sa soeur.
"Voilà, Len, murmura-t-elle. Maintenant, à toi de jouer."”




12 commentaires:

  1. J'ai bien aimé ce livre. Mais il ne faut pas le lire quand on est déprimé...LOL

    RépondreSupprimer
  2. Un thème intéressant ! Mais je ne suis pas sûre que ça soit une lecture pour moi... J'aime bien découvrir ce genre de livres mais au fil des pages, je commence à m'ennuyer x_x Il me faut de l'action !!!

    Bon, la couverture m'intriguait beaucoup, comme je l'ai mentionné l'autre fois. Contente de savoir de quoi il s'agit et ton avis dessus ! ^^

    Si l'occasion se présente.. je le lirai peut-être. *curieuse malgré tout* x)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr que si tu as besoin d'action, ça manque pas mal dans ce livre! :)
      Fais moi savoir si tu décides de le lire, j'aimerais bien savoir ce que tu en as pensé! :)

      xoxo

      Supprimer
  3. Qui es-tu, Alaska? est dans ma wish list, car j'avais adoré Nos étoiles contraires, qui parle aussi de la mort ...

    Je vais mettre celui-ci dans ma wish list, mais ce ne sera pas un achat prioritaire. En plus, j'en ai un peu marre des trios amoureux ^^
    Mais ça a l'air d'être un livre intéressant quand même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui es-tu Alaska? est un livre hors du commun, j'espère vraiment que tu aimeras! Je pense que ce sera le cas, étant donné que tu as adoré Nos Étoiles Contraires :)

      Le Ciel est Partout est intéressant, mais oui, le trio amoureux prend une grande place. Le thème de la mort n'est pas raconté de la même façon que John Green, et est plutôt lourd.
      En tout cas, j'ai hâte de savoir ce que tu penses de Qui es-tu, Alaska? et de Le Ciel est Partout.

      Bisous! :)

      Supprimer
  4. Je suis d'accord en ce qui concerne la première et la deuxième partie. La première est vraiment en-dessous, je me suis terriblement ennuyée, et j'ai même du lire le livre en deux fois pour le terminer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha un presque abandon? C'est dommage que certains livres commencent de façon ennuyeuse. Beaucoup de lecteurs abandonnent alors que la fin est bien :)
      Merci de ton passage :) xx

      Supprimer
  5. Critique très complète et très intéressante !
    De plus, j'aime beaucoup la couverture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup :)
      +1 pour la converture x_x

      xo

      Supprimer
  6. Ta critique est très complète. La couverture de ce livre est très belle, j'aime beaucoup. Je trouve que le l'histoire dans son ensemble est une belle leçon de vie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup! La couverture est superbe c'est vrai.
      Pareil pour la leçon de vie, même si l'aspect "mort" est un peu lourd au fil des pages.

      Supprimer

Merci! ♡