26 mai 2013

Qui es-tu, Alaska? par John Green - Critique et Avis





Titre: Qui es-tu, Alaska?
Titre VO: Looking for Alaska
Auteur: John Green
Genre: Realistic Fiction / Romance / Coming of Age
Date de parution VF: 2007 pour la version Scripto / 2011 pour la version Pôle Fiction
Lu en: Français
Édition: Gallimard Jeunesse / Pôle Fiction
Note: 9,5/10
Description: Miles Halter a seize ans mais n'a pas l'impression d'avoir vécu. Assoiffé d'expériences, il quitte le cocon familial pour le campus universitaire: ce sera le lieu de tous les possibles, de toutes les premières fois. Et de sa rencontre avec Alaska. La troublante, l'insaisissable Alaska Young, insoumise et fascinante.
Amitiés fortes, amour, transgression, quête de sens : un roman qui fait rire, et fondre en larmes l'instant d'après...



La première chose que je dirais est sûrement la plus importante: l'auteur, John Green, est aussi l'auteur de Nos Étoiles Contraires. Du coup, la première question qui vous vient en tête est sûrement: Est-ce que c'est aussi bien que Nos Étoiles Contraires?
Ma réponse est: Oubliez ça. C'est différent. Faites abstraction de cette information.

Parce que, alors que Nos Étoiles Contraires est l'apogée de John Green, Qui es-tu, Alaska? n'est pas loin. Plutôt sur sa montée vers l'apogée.

Alors oublions un instant Nos Étoiles Contraires, et concentrons nous sur Qui es-tu, Alaska? et John Green.

En route pour l'Alaska!

Sans lire le résumé, j'ai cru qu'il s'agirait d'un type qui ferait un road trip en Alaska, habillé en Esquimaux, à la rencontre des ours et d'une belle Esquimelle Esquimaux. Haha. Mais non.

Concrètement, il s'agit de Miles, de son départ de Floride pour le lycée de Creek Culver, en Alabama. Miles est un garçon sans ami, qui connait les dernières paroles des gens. Par coeur. Le livre est divisé en deux: Avant, et après.
Avant et après quoi, on en sait rien, jusqu'au jour J. La vie de Miles, en quête du Grand Peut-Être, va "basculer", grâce au Colonel et à Alaska.

La nouvelle vie de Miles Halter aka le Gros

Le roman est très adolescent, et délicieux *yummy*. Les relations sont l'aspect principal: l'amour, mais principalement l'amitié et la loyauté, vécus par un groupe de lycéens cassos supra intelligents de première. Des questions existentielles sont abordées: Qu'est ce que le Grand Peut-etre, et comment sortir du labyrinthe?
Plutôt psychologique, pas vrai? ;)

Miles est un personnage très attachant, et très simple, qui se lie d'amitié avec Chip aka le Colonel - probablement mon personnage préféré - et Alaska, une fille très mystérieuse, très poétique, qui, sûre d'elle en surface, manque cruellement de confiance en elle dans le fond. Un petit groupe très solide lié par l'amitié qui ne tient pourtant qu'à un fil, tout comme la vie.

Brisons les règles. Le point de comparaison avec Nos Étoiles Contraires: John Green.

Si vous avez lu Nos Étoiles Contraires, vous avez probablement remarqué à quel point John Green sait jouer avec les mots pour jouer avec nos émotions, les plus fortes, celles qui nous font du bien comme du mal. Les sujets abordés par John Green sont des sujets super importants, pour délivrer à chaque fois un message très fort. Le genre de message qu'on se souvient toute notre vie. Le genre de message qu'on ne comprend que dans les moments que Miles vit ici.

John Green a une imagination débordante - confirmé par des blagues montées - une vision des relations délicieusement vraie - confirmé par la relation Miles / le Colonel - une conception de la première fois véridique - confirmé par une scène de sexe très... inérotique - et une plume extraordinaire - confirmé par le roman en entier.

La dernière chose que je dirais est sûrement la plus importante: ne lisez pas ce roman en public. Vos rires et vos larmes pourraient faire retourner plus d'une personne sur vous.

Extrait:

- Chuuuuuuuuut, a-t-elle répondu. Je dors.
Comme ça. De deux cents kilomètres à l'heure à endormie en un nanoseconde. Je mourais d'envie de m'allonger contre elle, de la prendre dans mes bras et de dormir. Pas de baiser, comme dans les films. Pas même de faire l'amour. Juste coucher ensemble, au sens innocent du terme. Mais je manquais de courage et elle avait un copain et j'étais gauche et elle était sublime et j'étais désespérément ennuyeux et elle était infiniment captivante. Alors je suis retourné dans ma chambre et je me suis écroulé sur mon lit, en me disant que si les gens étaient de la pluie, j'étais de la bruine, et elle, un ouragan.


Puis j'ai vu le Colonel, couché en chien de fusil sur les gradins, les genous serrés sur la poitrine, Mme O'Malley assise à côté de lui, tendant la main vers son épaule mais sans le toucher. Le Colonel criait. Il inspirait, il criait. Inspirait. Criait. Inspirait. Criait.
Au début, j'ai cru que ce n'était qu'un hurlement. Mais, au bout de plusieurs inspirations, j'ai remarqué un rythme. Et au bout d'un moment, je me suis rendu compte qu'il disait quelque chose. Il criait: "Je regrette tellement."


14 commentaires:

  1. C'est un livre que je meurs d'envie de découvrir.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai failli le commencer cette semaine ;) En tout cas tu m'as convaincue de me décider à le faire dans les prochaines semaines :D
    xx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai super hâte de savoir ton avis! :D

      xx

      Supprimer
  3. Ah !!! C'est un livre que je veux absolument lire =)
    Et ta chronique me donne envie de vite le faire !
    En retenant bien sur, de ne pas le lire en public ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La règle essentielle!! Pas en public, tu le liras! ;D

      J'espère que tu aimeras autant que moi! *super hâte de voir ta chronique*

      xx

      Supprimer
  4. Il me tente vraiment pas mal celui là ! :)

    RépondreSupprimer
  5. Heureusement que je l'ai dans ma PAL, vilaine tentatrice....xD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. HAHAHA :D
      Ça c'est une bonne nouvelle!
      *Attends patiemment sur sa chaise que tu le lises*

      Supprimer
  6. Je n'avais été que moyennement emballée par ce roman, moi. La seconde partie est bien, mais la première m'a passablement ennuyée :/

    Et j'ai réussi à le lire en public (dans le métro) sans aucun problème ! Personne ne m'a regardée bizarrement (enfin, je crois pas... ^^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme j'ai beaucoup aimé, et j'ai été beaucoup prise sans l'histoire, à ta place on m'aurait sûrement regardé bizarrement ;)

      Mais on ne peut pas tout aimer ;) Donc je comprends que ton avis soit différent ;) "Heureusement" comme on dit.

      xx

      Supprimer
  7. Je trouve que ce livre est un pur chef-d'oeuvre. Et tu as particulièrement bien choisis ton extrait ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil! L'écriture de John Green est tellement hors du commun, unique - qu'elle a rendu ce roman superbe!
      Oh merci merci ;) xx

      Supprimer

Merci! ♡