10 août 2017

Linger - The Wolves of Mercy Falls #2 de Maggie Stiefvater - Chronique et Avis


Titre : Linger - The Wolves of Mercy Falls #2
Auteur: Maggie Stiefvater

Édition: Scholastic Inc.

Date de parution: 29 avril 2014

Genre: Fantasy : Loups-garou | Romance

Lu en: Anglais
Note: 10/10 - COUP DE COEUR

Synopsis: the longing.

Once Grace and Sam have found each other, they know they must fight to stay together. For Sam, this means a reckoning with his werewolf past. For Grace, it means facing a future that is less and less certain.

the loss.

Into their world comes a new wolf named Cole, whose past is full of hurt and danger. He is wrestling with his own demons, embracing the life of a wolf while denying the ties of a human.

the linger.

For Grace, Sam, and Cole, life is a constant struggle between two forces--wolf and human--with love baring its two sides as well. It is harrowing and euphoric, freeing and entrapping, enticing and alarming. As their world falls apart, love is what lingers. But will it be enough?






This is a love story. I never knew there were so many kinds of love or that love could make people do so many different things.
I never knew there were so many different ways to say goodbye.
” *

Quelqu'un m'a dit "tu vas voir, quand tu l'auras fini, tu voudra directement lire le suivant".

Hé bien, c'est vrai.

JE SOUFFRE.
JE SOUFFRE.

Mais commençons par le commencement.

Linger reprend le fil de l'histoire entre Sam et Grace avec douceur.

Douceur.
C'est le mot exact pour les caractériser. Lire ces chapitres sur ces deux personnages est comme entendre une douce berceuse. Je pouvais sentir des papillons dans mon ventre. J'avais envie de fermer mes yeux pour les faire vivre sous mes paupières. Et s'il y a bien quelque chose que j'ai aimé, c'est la sincérité de cette relation, la pureté de l'amour qu'ils ressentent l'un pour l'autre.

Les parents de Grace m'ont tellement déçue et fait mal. Je revivais ma propre histoire en lisant celle de Grace avec ses parents. Ils ne comprennent donc rien à rien ?

Mais Sam et Grace n'ont pas été les seuls à me plaire.

Isabel et Cole, deux personnages que je n'étais pas destinée à aimer, m'ont juste séduite comme il faut.

Derrière une carapace épaisse comme la grande muraille de Chine se cachent de superbes personnages avec une âme surdimensionnée. Leur personnalité est bien exploitée, complexe, contrairement à la plupart des personnages secondaires.

L'écriture de Stiefvater est douce et envoutante, mettant des mots précis et exacts, décrivant exactement ce qu'on ressent au moment ou on les lit. C'est magique, mais ça réveille tellement d'émotions.

Les émotions de Sam et de Grace sont décrites avec une vraie justesse, avec un choix de mots et de métaphores parfait. Je pouvais sentir en moi le mal-être de Grace, l'inquiétude de Sam. Des choses se passent, Grace et Sam doivent évoluer avec, changer, s'adapter. C'est difficile, ça fait mal, et ça traine jusqu'au bout. Jusqu'au bout. Et ce n'est même pas fini.

Peut-être que l'écriture de Maggie Stiefvater est une drogue qui donne des effets inédits quand on lit. Je sais que c'est ça.

Linger est pour moi bien meilleur que Shiver, et j'ai tellement hâte de lire la suite.

PS. Pardon pour cette chronique maladroite. Il est tellement difficile de mettre des mots sur des émotions parfois. Je n'ai pas la magie de Maggie.

I just looked at her, feeling utterly empty. I didn’t know what I was supposed to say to her. My life is in that bed. Please let me stay.” **




* C'est une histoire d'amour. Je n'avais jamais su qu'il y avait autant d'amour différents, ou que l'amour pouvait faire faire tellement de choses différentes aux gens.
Je n'avais jamais su qu'il y avait tellement de façons différentes de dire au revoir.

** Je l'ai regardé, me sentant entièrement vide. Je ne savais pas ce que j'étais censé lui dire. Ma vie est dans ce lit. S'il vous plait, laissez moi rester.


30 juil. 2017

Something like Summer - Something like #1 de Jay Bell - Chronique et Avis


Titre : Something Like Summer - Something Like #1
Auteur: Jay Bell

Édition: Auto-édition

Date de parution: 8 janvier 2011

Genre: Contemporain | Romance | LGBT

Lu en: Anglais
Note: 6,5/10

Synopsis: Love, like everything in the universe, cannot be destroyed. But over time it can change.

The hot Texas nights were lonely for Ben before his heart began beating to the rhythm of two words; Tim Wyman. By all appearances, Tim had the perfect body and ideal life, but when a not-so-accidental collision brings them together, Ben discovers that the truth is rarely so simple. If winning Tim’s heart was an impossible quest, keeping it would prove even harder as family, society, and emotion threaten to tear them apart.

Something Like Summer is a love story spanning a decade and beyond as two boys discover what it means to be friends, lovers, and sometimes even enemies.






Love isn’t meant to be hidden away and life is too short for shame.” *

Well, well, well ...

Je ne pourrais pas être plus confuse quant à mes sentiments que maintenant.

Séparons le livre en deux : L'adolescence versus l'âge adulte.

L'adolescence


Pour être franche, je n'ai pas aimé cette première moitié du livre.

L'auteur donne un trop-plein de détails insignifiants qui ont pour conséquence des longueurs ennuyeuses.
Ben - le personnage principal - m'a fait mauvaise impression dès les premières lignes, et son caractère indéfini n'a pas su capter mon attention. J'ai apprécié qu'il soit fier de sa sexualité, mais cela ne suffit pas pour en écrire un roman.

Tim - l'objet de ses désirs - a su me plaire un peu mieux : l'évolution passe principalement et surtout par lui. Il lutte entre ce qu'il veut vivre et ce qu'il veut montrer. Tout se passe en lui, et Ben est un personnage fade à côté.

Quelque chose nait entre eux, une attirance sexuelle, oui. Mais pas de l'amour. Du moins, ce n'est pas ce que j'ai ressentis. Je suis rapidement arrivée à la moitié du livre avec une question sans réponse : quel est le but du livre ? Il manquait une intrigue, un but à poursuivre, si ce n'est la vie de Ben, plutôt ennuyeuse, ne pouvant me divertir.

Finalement, ce qui m'a le plus plu dans cette première partie se déroule dans seulement deux chapitres : Allison, la meilleure amie de Ben, et ses problème familiaux.

Tout devient beaucoup plus intéressant quand Ben devient adulte.

L'âge adulte


Si Ben reste quelqu'un de fade, son indécision et son attirance pour Tim est ce qui rythme cette deuxième partie du livre.

Une nouvelle fois, il n'est pas celui qui m'a donné satisfaction, mais c'est bien les personnages secondaires qui rendent la lecture beaucoup plus addictive. L'intrigue se forme peu à peu dans cette deuxième partie, et j'ai enfin compris la direction que c'était censé prendre. La fluidité des événements s'enchaîne, et les pauses dans ma lectures ont été moins fréquentes.

Cette deuxième partie a un peu remué mon coeur - enfin ! - pour un petit rollercoaster d'émotion.

Oui, j'ai même eu la gorge serrée, ce que je n'imaginais pas au début du livre.

Cette partie est plus fluide, plus intéressante, possiblement parce qu'elle se déroule sur presque 10 ans, alors que la première sur un an seulement. Tout va beaucoup plus vite, forcément, et les détails insignifiants sont moindres.

En bref, un long début décourageant, mais quelques émotions en s'accrochant un peu. Grâce à la deuxième partie, la note passe la moyenne. Bonus pour un roman sans cliché ! Merci Jace 😍

Falling in love is a subtle process, a connection sparked by attraction, tested by compatibility, and forged by memory.” **




* L'amour n'est pas fait pour être caché, et la vie est trop courte avoir honte.
** Tomber amoureux est un processus subtil, une connexion déclenchée par l'attraction, testée par la compatibilité, et forgée par les souvenirs.


27 juil. 2017

Obsidian - Lux #1 in Beginning de Jennifer L. Armentrout - Chronique et Avis


Titre : Obsidian - Lux #1 in Beginning
Auteur: Jennifer L. Armentrout

Édition: Entangled Teen

Date de parution: 3 juin 2014

Genre: Paranormal : Aliens | Romance

Lu en: Anglais
Note: 8,5/10

Synopsis: There’s an alien next door. And with his looming height and eerie green eyes, he’s hot… until he opens his mouth. He’s infuriating. Arrogant. Stab-worthy. But when a stranger attacks me and Daemon literally freezes time with a wave of his hand, he marks me. Turns out he has a galaxy of enemies wanting to steal his abilities and the only way I’m getting out of this alive is by sticking close to him until my alien mojo fades. If I don’t kill him first, that is.






Will you show me what you really look like? You don't sparkle, do you?” *

Hé bien, il était temps ! Depuis le temps que je connais ce livre, et que je sais que je dois le livre (2011, je sais, ça fait 6 ans), il a fallu un petit coup de pouce de l'univers (a.k.a Cacahuète) pour que ça se fasse enfin.

À l'heure actuelle, si je ne peux nier que Hush, Hush était mon premier amour - évidemment - je sais que si je le lisais aujourd'hui pour la première fois, j'y trouverai des centaines de défauts. J'ai grandis apparemment, inévitablement.

Alors qu'allais-je penser d'Obsidian, qu'on a souvent comparé à Hush, Hush à l'époque des YA Crush tournaments ?

Mon appréciation est très bonne globalement, mais je n'ai pas pu m'empêcher de grincer parfois des dents. J'ai deux reproches et je m'explique :

D'abord, c'est too much. Mieux que Superman, ces aliens savent tout faire. La vraie question est que ne savent-ils pas faire ? J'avais terriblement l'impression que l'être humain était une sous-race. 😂
Heureusement, Dee est là, et c'est un personnage qui apporte tellement à l'histoire : l'amitié entre elle et Katy m'a beaucoup touché, comme jamais ça a été le cas avec une amitié. Contrairement à la plupart des autres YA, cette amitié m'a semblé pure, réelle. Peut-être parce qu'on assiste à sa création ? Probablement. Dee apporte de la douceur, de la sincérité et ça, c'est chouette.

Et puis, il y a Daemon. Sacré Daemon. Heureusement que j'ai confiance en la suite, parce que là Daemon est une tête à claque. Le même schéma se reproduit sans arrêt : Je vais chercher Katy, je flirte, et je l'envoie chier. Son comportement n'a pas de sens.
Mais je ne peux que m'incliner devant la patience sans faille de Katy. À sa place, je l'aurais envoyé chier depuis longtemps, et mon corps serait imperméable à ses propres hormones.
Sous cette carapace de [censuré], on sens qu'il y a des sentiments, et j'ai regretté qu'il mette tant de temps à laisser entrevoir ce qu'il ressent vraiment. Heureusement que le tome 2 est pas loin - genre collé au tome 1 avec cette édition. Malgré le côté trop asshole de Daemon, on sent cependant que la relation est complexe, et risque de l'être encore dans le futur entre ces deux fortes têtes. Les pop-corns sont de mise ! Ce qui en débouchera promet d'être beau 😍

Katy, quant à elle, est une héroïne que j'ai beaucoup apprécié - parce qu'elle est blogueuse littéraire ? Peut-être que ça joue. Mais son tempérament m'a plu, bien qu'il ne semble pas en adéquation avec sa patience à l'égard de Daemon. Enfin quelqu'un qui a du caractère !

En bref, Obsidian est un premier roman qui nous montre clairement la complexité de l'univers, mais aussi des personnages. Daemon Black ne m'a pas convaincue par son comportement, mais je pense que c'est à venir, j'ai bon espoir. On a pu entrevoir sa douceur, et j'ai hâte d'en voir plus.
Dee est un personnage qui m'a étonné, que j'ai adoré, et j'espère tellement en lire plus sur elle à l'avenir. Quant à Katy, tout aussi complexe que Daemon, je sens que je n'ai pas fini de jubiler toute seule.

Un MUST READ, of course.

Swimming was the last thing I wanted to do. Drowning him? Maybe.” **




* Vas-tu me montrer à quoi tu ressembles vraiment ? Tu ne scintilles pas, si ?
** nager était la dernière chose que j'avais envie de faire. Le noyer ? Peut-être.